QUI SONT DONC LES SAMARITAINS ?.

QUI SONT DONC LES SAMARITAINS ?.
Un Article tres Interessant que je n’avais pas
eu l’occasion de lire sur Le BLOG de terredisrael.

Qui sont donc les Samaritains ?
Publié par Webmaster
dans Temoignage,
articles du blog www. terredisrael.com

Les Samaritains, mystérieuse communauté
connue par les nombreuses références
des Bibles juives et chrétiennes, ne comptent
aujourd’hui que moins de mille membres répartis
à égalité entre le Mont Garizim à Naplouse
(sous administration palestinienne,
Chekhem de la Bible) où ils parlent arabe,
et Holon, ville côtière au sud de Tel-Aviv
et second centre industriel du pays,
où ils parlent hébreu.

Leur célébrité reste liée à leur histoire qui en
font les dépositaires de nombreux événements
historico-religieux. L’appellation Samaritains,
ou Shomronim en hébreu, proviendrait de
l’éponyme « Shemer » nom de la capitale du
Royaume du Nord qui signifie « monter la garde ».
L’Etat d’Israël les reconnaît comme Juifs mais
pas les juifs orthodoxes. Eux-mêmes ne se
considèrent pas comme tels, mais se nomment
Samaritains israélites

Leur Histoire
Située du côté Judéen dans la guerre contre
Benjamin il y a 3000 ans, la Samarie est occupée
par l’Assyrie et les populations hébreux et
assyriennes s’y trouvent alors mélangées.
Elles y démarrent, il y a 2500 ans environ, la
pratique d’un culte** qui ne reconnaît que
le Mont Garizim (base religieuse de Josué)
comme centre qui se substitue à Jérusalem,
les séparant alors du judaïsme. Depuis ce temps,
les Samaritains certifient avoir maintenu une
chaîne ininterrompue de Grands Prêtres et se
considèrent le « vrai Israël ».

Malgré l’animosité religieuse, les communautés se battirent contre l’envahisseur lors de la Première Guerre contre les Romains. Les Samaritains auraient cependant soutenu les Romains au cours de la révolte de Bar Kochba. à l’époque byzantine de nombreux décrets impériaux sont cause d’oppression et leur interdisent leurs lieux saints. Leur temple fut encore détruit vers 500 et, sous l’empereur Justinien, ils perdirent leur autonomie. Au septième Siècle, après la défaite de l’Empire byzantin, les Samaritains souffrirent sous la domination musulmane, n’étant pas considérés comme un « peuple du Livre ».

Leur Survie
Après une certaine accalmie sous les Mamelouks, les persécutions reprirent sous l’autorité des Ottomans. C’est l’intervention du Grand Rabbin de Jérusalem (1850) qui confirma leur appartenance au « peuple du Livre », qui leur permit d’échapper à l’extermination par les arabes qui les considéraient comme des athées.

L’interdiction des mariages exogamiques et la consanguinité affaiblirent la communauté, provoquant une dégénérescence de la population. Ainsi, à la deuxième moitié du 19èmeSiècle, leur communauté comptait moins de deux cents membres! L’appartenance à la communauté se transmet par l’homme, contrairement au judaïsme. Les Samaritains ne pratiquent aucun prosélytisme mais peuvent épouser des non-Samaritains à condition que les nouvelles épouses – juives en général – respectent leurs pratiques religieuses. L’aide des rabbins juifs et l’intégration de femmes juives à la communauté l’auront probablement sauvée de l’extinction.

Leur lente Renaissance
Grâce à l’influence et à l’intervention du Chef
de l’Etat israélien Ben-Zvi (de 52 à 63) qui
se dévoua pour la cause des Samaritains,
ceux-ci furent reconnus comme israéliens
par la Loi du retour.

A la création d’Israël leur population atteignait 250 personnes dont les deux tiers à Naplouse et le reste dans un quartier créé pour eux à Holon. Hussein permit la construction d’un quartier d’habitation, Kyriat Luza, devenu centre spirituel des Samaritains. De 51 à 67, les Samaritains d’Israël purent célébrer la Pâque au mont Garizim, grâce à l’autorisation accordée par le lui de franchir la frontière séparant les deux communautés.

Leurs Références religieuses
Le livre des Siracides (50) ainsi que le Nouveau Testament y font allusion (Mt 10, Luc 9 /10/17, Jean 4/8). Le Talmud en parle en les désignant comme « Koutim » dans un traité du même nom, « ils seront juifs quand ils reconnaîtront Jérusalem et la résurrection des morts » (Chap 17, le second point est acquis aujourd’hui) ou dans « Houlim » où leur religiosité est louée par Shimon Ben Gamliel.

** En dehors de quelques ouvrages anciens de leur Tradition, les Samaritains reconnaissent comme Livres Sacrés les 5 livres de la Thora et le Livre de Josué, mais aucun autre livre du Tanakh, ni le Talmud.
Ils célèbrent les grandes fêtes juives bibliques à leur manière, (y compris Pessah, décompte du Omer, Chavouot, Soucot, Roch Hachana, Kippour) mais pas les fêtes post bibliques comme Hanouca ou Pourim.
Leurs quatre dogmes essentiels sont :
- vivre en Terre Sainte ;
- le sacrifice pascal au mont Garizim ;
- célébrer le Chabbat (au sens littéral, avec beaucoup de prières et sans profiter du feu);
- adhérer aux lois de pureté et d’impureté.
Leur calendrier est, comme celui des juifs, luno-solaire avec recalage périodique, mais démarre comme dans la Bible au mois de Nissan (par un exceptionnel hasard, les fêtes samaritaines de 2008 coïncideront avec les fêtes juives).
Leurs prières sont célébrées orientées vers le Mont Garizim et en hébreu samaritain ; leurs chants sacrés sont basés sur des airs immémoriaux.
La Bar Mitsva est célébrée à l’âge de 10 ans.
Ils ne portent pas les Tefiline (interprétant les passages bibliques correspondants au sens métaphorique) mais ornent les poteaux de leur demeure de « Mezouzot » dont le texte est celui des « Dix Commandements ».

Leur Site Internet :

http://www.mystae.com/samaritans.html

Source : site internet :
yeroushalmi http://CLUBdu17.net/
Yerouchalmi.aspx

Sur Le BLOG de : www.terredisrael.com

Laisser un commentaire

Classé dans Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>